Géographie

Le Vanuatu est un archipel situé au Nord Est de l'Australie. Il est constitué de plus de 80 îles étendues sur près de 900 km. On dénombre 6 provinces. La capitale est Port Vila.

Le Vanuatu compte 243 000 habitants dont 80% vivant en zone rurale.

 

 

Histoire

Le Vanuatu a été peuplé lors des migrations vers la Mélanésie, de 45 000 à 1 500 avant J.-C. Les populations actuelles du Vanuatu sont issues d'un mélange de ces différentes nappes de populations. C’est le Portugais Pedro Fernandez de Queiros qui, croyant avoir atteint le continent austral tant recherché, lui donne le nom de : «Terra Australia del Espiritu Santo», d’où le nom actuel d’Espiritu Santo, une des îles de l’archipel. Les relations n’étant pas des meilleures avec les indigènes, Queiros quitte le pays qui retombe alors dans l’oubli. Ce n’est que 160 ans plus tard que le Français Louis Antoine de Bougainville reconnaît cette île et lui donne le nom des «Grandes Cyclades».
Le 16 juillet 1774, le Britannique James Cook, à bord du Résolution, découvre à son tour l’archipel lors de sa deuxième expédition dans le Pacifique. On lui doit la première carte marine de l’archipel et le nom de «Nouvelles-Hébrides». Mais le célèbre capitaine ne reste que 46 jours puis repart. Plusieurs navigateurs se succèdent par la suite.


Jusqu'aux années 1830, l'archipel n'est l'objet d'intérêt que pour les explorateurs. À partir de ces années, l'arrivée de missionnaires puis, de 1840 à 1860, l'exploitation du bois de  santal, forment deux types de contacts bien différents pour les indigènes. Le trafic de travailleurs appelé « black birding » vers le Queensland, en Australie, lors des années 1860 augmente la défiance des indigènes envers les européens.
L'archipel est cependant converti, et à partir des années 1860, des colons, majoritairement anglais et français, s'installent. Cependant, ni la France ni la Grande-Bretagne ne se résolvent à annexer l'île.
En 1887, un statut provisoire est mis en place mais ce n'est qu'en 1906, c'est-à-dire au moment où toutes les autres terres du monde sont, soit indépendantes, soit formellement rattachées à un autre État, qu'est signé par les deux puissances le régime colonial définitif de l'archipel, le condominium des Nouvelles Hébrides.Ce régime institue une duplication de toutes les instances et services sur l'île. À l'origine provisoire, le condominium perdure et finit par être accepté par les colons de diverses nationalités.
Durant la Seconde guerre mondiale, les Nouvelles-Hébrides sont la première colonie française à rallier De Gaulle, et une base arrière importante pour les Américains. Durant les années 1960, les habitants cherchent à obtenir davantage d'autonomie, et, malgré les réticences des Français, l'indépendance est proclamée le 30 juillet 1980. L'ancienne colonie est renommée « Vanuatu ». Les années 1990, avec la fin de stabilité parlementaire, sont synonymes d’instabilité politique, qui s'est relativement calmée dans les années 2000.

 


Culture


La culture traditionnelle est très importante et toujours très vivante dans la vie des Mélanésiens. Ce n'est pas seulement un certain nombre de rituels, de cérémonies et de traditions, c'est aussi un mode de vie qui dicte le comportement et donne des interprétations sur ce qui se produit. La coutume et les traditions ancestrales existent depuis des siècles et permettent le respect dans la communauté. Les pratiques coutumières sont différentes d’une île à l’autre, mais l'on cérémonies coutumières partout dans l'archipel. Elles rythment les événements de la vie sociale et familiale (mariage, funérailles, circoncision, passage de grade...). Elles permettent de maintenir la loi et l'ordre. Lorsque des querelles éclatent, elles peuvent encore être solutionnées de façon pacifique, par l'échange de nourriture, de nattes et de cochons. Au cours des années, on a malgré tout assisté à une évolution des rites culturels et coutumiers bouleversés par l’arrivée de la mondialisation sur l’archipel.

On compte plus de 100 langues vernaculaires dans tout l'archipel, et trois langues officielles: le français, l'anglais et le bichelamar. La politique linguistique est en faveur du multilinguisme, et le Vanuatu est le seul état francophone indépendant du Pacifique Sud.

 

 

Économie

L’économie repose sur l’exportation du bœuf et du poisson, l'exploitation forestière, la pêche et l'élevage. Deux abattoirs se sont implantés ainsi que quelques industries légères (boissons, glaces, vêtements, meubles, savon, ...). Le tourisme, en plein essor, et les capitaux étrangers représentent aujourd'hui les deux tiers du PNB. Avec un flux annuel de plus de 61 000 personnes, les visiteurs viennent majoritairement d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de Nouvelle-Calédonie . Une large partie de l’économie repose donc sur le tourisme, phénomène qui s’est accentué grâce notamment à la mondialisation.

 

 

Abonnez-vous à notre lettre d'information

captcha 

Vous avez des questions ?